Les 5 meilleures pièces de théâtre canadiennes

Les 5 meilleures pièces de théâtre canadiennes

  • Non classé

Le théâtre est un art qui nécessite beaucoup de technicité pour transmettre les émotions et les frissons. Au Canada, il existe de réels talents qui sont capables de transporter le public. Et en ce qui concerne les pièces d’exception, il y en a vraiment beaucoup. En voici 5 qui ont marqué les esprits.

Every Brilliant Thing par Duncan Macmillan

Kristen Thomson y joue un personnage anonyme qui, en fait, a des antécédents familiaux de maladie mentale. Elle avait sept ans lorsque sa mère a tenté de se suicider pour la première fois, et 17 ans quand celle-ci a essayé de nouveau. Elle s’occupera plus tard elle-même de sa dépression. Enfant, elle a dressé une liste des choses qu’elle aimait. Cette liste, qui comprenait des choses basiques et enfantines comme la « crème glacée » ou encore la « couleur jaune », s’est élargie au fil des années.

’da Kink in My Hair de Trey Anthony

Le personnage central de la pièce est Novelette, la propriétaire caribéenne canadienne de Letty’s, un salon de coiffure de Toronto. Novelette est forcée d’affronter ses buts et ses idéaux dans la vie lorsqu’elle apprend que son ex-petit ami Cédric, qui lui a prêté l’argent pour ouvrir le salon, est décédé et que sa fille Verena demande le remboursement du prêt.

Coriolanus de Robert Lepage

Coriolanus est une tragédie de William Shakespeare, qui aurait été écrite entre 1605 et 1608. La pièce est basée sur la vie du légendaire chef romain Caius Marcius Coriolanus. La tragédie en est l’une des deux dernières écrites par Shakespeare, avec Antoine et Cléopâtre. Robert Lepage a réalisé de véritables prouesses techniques pour apporter de la clarté et une modernité à cette tragédie romaine du maitre anglais. Cette production francophone permet à Lepage de revenir à la traduction de Michel Garneau qui l’a utilisée pour l’adaptation cinématographique de Coriolanus en France en 1992.

Dry Lips Oughta Move to Kapuskasing de Tomson Highway

Irrévérencieux et totalement rafraîchissant, Dry Lips était un changement bien nécessaire dans la narration théâtrale canadienne. Il raconte l’histoire tragique et à la fois comique d’hommes qui protestent contre une équipe de hockey composée uniquement de filles, suscitant critiques et controverses pour la représentation qu’ils font des attitudes des hommes autochtones à l’égard des femmes. Le choix de M. Highway d’utiliser l’humour comme arme pour parler des luttes contre le sexisme et de l’inégalité était courageux et inspirant.

The Ecstasy of Rita Joe de George Ryga

Cette pièce occupe une place importante dans l’histoire du théâtre canadien moderne, car elle a été l’une des premières à aborder les questions relatives aux peuples autochtones. Elle raconte l’histoire d’une jeune femme autochtone de la ville, une véritable perle.

Ces pièces sont celles qui ont le plus marqué ou marquent encore le théâtre canadien, des œuvres uniques comme il n’y en a pas deux.

Fermer le menu